Posté par francois francois le 9 août 2013

art créativité

Créatif mais comment ? D-Kon

Ce billet est le premier d'une série (du moins je l'espère), autour de mes lectures et réflexions sur la créativité dans le domaine des musiques électroniques.

Ce premier article va traduire les conseils de D'Kon relatés dans cette interview.

  1. Moins, c'est mieux - Less is more.

    Si vous n'avez qu'une chose à retenir de cet article, c'est celle-ci. Avoir plus de choix n'est pas bon pour votre créativité. Maitrisez ce que vous avez et utilisez-le. Avoir un ensemble limité de choix vous oblige à vous concentrer.

  2. Vous n'avez pas besoin de vous ruiner.

    Beaucoup de gens pensent qu'on doit en permanence améliorer son studio par l'achat de matériel toujours plus récent et plus cher pour pouvoir produire quelque chose de bien. C'est absurde. D'un point de vue économique, l'album 800 EP m'a couté 125$ (une licence Renoise à 75$, et un 800 à 40$ sur Craiglist). J'ai réalisé mes tous premiers albums (Lost Subject, Greater Cascadia, and Mythology of the Metropolis) avec des moyens très limités. Faites avec ce que vous avez. Achetez du matériel d'occasion, mais seulement celui que vous allez vraiment exploiter. Utilisez des logiciels gratuits ou abordables, de même pour les plugins.

  3. Le logiciel n'est pas important en soi.

    Il y a beaucoup de logiciels audio de nos jours, qui font tous plus ou moins la même chose. La seule réelle différence est la démarche d'utilisation (workflow). Prenez celui qui vous plait, montez en compétences au fur et à mesure que vous travaillez avec, et vous y arriverez. J'utilise principalement Renoise ces dernières années parce que j'aime son workflow et son interface relativement simple. Cela peut être perturbant au début si vous n'avez jamais utilisé un tracker, mais une fois pris en main, c'est incroyablement rapide de poser ses idées, ce qui est un avantage majeur. Quand l'inspiration vous touche, plus vite vous pouvez commencer à travailler, meilleur c'est !

  4. Contournez les limitations.

    Si quelque chose est limité d'une façon ou d'une autre, utilisez-le à votre avantage. Comment croire que les 303 et 808 sont toujours adulées de part le monde ? Ce sont toutes deux des machines incroyablement limitées, mais ce qu'elles font, elles le font très bien. Pour prendre un exemple plus concret dans mon cas : le Poly 800. Il est horriblement compliqué à programmer, mais il a un sacré son et beaucoup de caractère. S'il était couvert de boutons rotatifs et d'encodeurs, bizarrement je ne pense pas qu'il serait aussi attrayant. La nature limitée d'un instrument encourage la créativité.

  5. Traitez tout comme un sample.

    Surtout avec des logiciels comme Renoise. Trouvez un son d'instrument que vous appréciez. Enregistrez-vous en jouant quelques accords ou une suite de notes. Découpez l'enregistrement, séquencez et réarrangez. D'habitude, quand je fais ça, la séquence finit par être différente de celle que j'avais joué initialement. Bougez des choses, jouez avec le pitch, changez les enveloppes. Être imprécis dans les valeurs éditées donne un caractère plus humain, sans avoir à ajouter de "l'humanisation" à la fin.

  6. La qualité est largement surcotée.

    Vous croyez que quelqu'un va faire attention à vos caisses claires superbement compressées et égalisées si votre morceau est atroce ? Non. Faire que votre musique sonne "bien" devrait être une considération après coup. Focalisez-vous sur le contenu, pas le vernis.

  7. Si ce n'est pas amusant, vous vous y prenez mal.

    Faire de la musique, comme n'importe quel art, devrait être amusant. Prenez-le comme un jeu, pas comme un travail. Ne pensez pas à ce que vous voulez faire avant d'avoir commencé. Laissez le produit final se révéler de lui même au travers de votre travail. Plongez dedans et explorez sans pensées conscientes.

Commentaires sur ce billet

Merci de vous authentifier (ou vous inscrire) pour laisser un commentaire

Voir le code source en Markdown