Posté par francois francois le 10 janvier 2015

charlie rip

Je suis un truc (pensant)

Les temps d'émotions collectives sont dangereux, hautement inflammables socialement et moralement. Nous vivons les événements de Charlie Hebdo dans le direct, avec une immersion sans précédent dans notre histoire proche. Quand les émotions nous gagnent, le temps de cerveau disponible à d'autres choses se restreint ... L'empathie nous emporte, la compassion nous infuse. Cette transmission des émotions est définitivement une beauté de notre humanité.

C'est bien ce qu'exprime le hashtag ‪#‎JeSuisCharlie‬ : la compassion m'habite, je comprend la souffrance de l'autre. Et rien d'autre, pitié, car la formule "Charlie est victime + Je suis Charlie" débouche sur le "Je suis victime" et là, les politiques ont tout un étalage de mesures nauséabondes à vous vendre au prix du bulletin de vote, caution morale à l'appui.

Solutions prêtes à l'emploi pour victimes de barbarie par transfert : recette qui a déjà bien trop fonctionné en 2002.

Il va falloir être très vigilant, et savoir identifier quelles libertés on nous enlève aux bénéfices de quelles sécurités. Comment l'abolition de la vie privée arrive avec la légalisation des mesures de surveillance qui opère un renversement du droit pourtant fondateur de notre république. Ainsi, on devient un suspect par défaut, surveillé. C'est déjà le cas, mais ce n'est pas encore légal à grande échelle bien que démasqué (prysm) : un trop grand pouvoir pour de simples hommes.

La magie du storytelling présente les procédés intrusifs comme un traitement réservé aux "terroristes", et en pratique ... aux journalistes, justement, au contre-pouvoir, celui qui fait tomber des ministres en France.

Quel pied de nez si on nous amenait des lois liberticides à cause de meurtres de personnes qui, elles, ont su incarner la Liberté, la vraie, car on aurait su fabriquer notre consentement sur leurs dépouilles.

Pendant ce temps là, certains inventent des problèmes de compatibilité de civilisations, ou encore souhaitent le rétablissement du meurtre légal ... La vague des émotions offre de grandes opportunités de surf avec des réponses simples et efficaces qui marchent à tous les coups, c'est scientifiquement prouvé.

Plus que jamais, les émotions ne doivent pas profiter à des intérêts. Jamais ceux qui ont la parole politique actuellement n'ont apprécié le travail de ces morts. Ils ne sont pas Charlie. Mais comme un bon artiste est un artiste mort, on peut s'attendre à tout.

La méditation pour tous.

Commentaires sur ce billet

Merci de vous authentifier (ou vous inscrire) pour laisser un commentaire

Voir le code source en Markdown